Montée en puissance du recrutement via les réseaux sociaux

logoParisien-292x75Une enquête montrerait qu’on est passé de 2% en 2009 à 15% 5 ans plus tard. Par ailleurs, comme le dit cet article du Parisien : « Les salariés en poste qui cherchent sans chercher sont la cible privilégiée des recruteurs« . Exactement ce que nous disons aux personnes qui souhaitent aussi se faire recruter pour des missions.

Quelle conséquence pour les professionnels autonomes ? Qu’ils aient déjà créé leur structure, en s’enregistrant au registre du commerce ou choisi une solution intermédiaire telle que la couveuse, la coopérative ou le portage salarial ? Toutes et tous, dès lors qu’il s’agit de prestation de service de type intellectuel aux entreprises, savent ou découvrent assez vite comment se faire connaitre, sans avoir l’air de faire du commercial.

C’est là que les plateformes de réseaux sociaux professionnels (ou consultés par des professionnels), de même que les clubs et réseaux de la vie réelle, prennent tout leur sens, comme autant d’occasions de montrer ses savoir-faire, expériences, réalisations. L’article avance même que le « vivier de chassés-chasseurs [représenterait] 80 % des actifs [sur ces réseaux]. Car […] les salariés inscrits font avant tout de la veille, guettant tranquillement la moindre occasion, tandis que les DRH, les manageurs et les chasseurs de têtes viennent de plus en plus y faire leur marché. Ils sont 22 %, selon une enquête récente de l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) à y chercher régulièrement la perle rare. Même Pôle emploi recommande de ne pas négliger les réseaux sociaux, qui agissent comme une loupe sur votre candidature, lui donnant une visibilité comme nulle part ailleurs. »

Partager sur (Viadeo, Facebook, Twitter, Netvibes, etc.) :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Netvibes
  • Posterous
  • RSS
  • Technorati
  • viadeo FR
  • Wikio IT