Statu-quo pour un régime balloté

Capture d’écran 2013-10-07 à 13.29.53Le régime d’auto-entrepreneur est soumis à des turbulences dont la presse se fait l’écho : seuls 16% des auto-entrepreneurs veulent créer une société, à peine un quart dégagent des revenus, ce régime qui a permis de limiter le travail au noir et créer une entreprise rapidement facilement va être réformé.

Pour autant, il apporte une solution supplémentaire s’ajoutant aux dispositifs existants, à condition de ne pas créer de distorsion de concurrence, ce que lui reprochent les artisans, par exemple. Dans les services et prestations intellectuelles, dès lors qu’il s’agit de les vendre à des entreprises ou organisations, il ne faut pas oublier les autres solutions, souvent bien plus sécurisantes tant pour les prestataires que pour leurs clients.

Ces solutions pour tester sa création d’entreprise — le portage salarial, les coopératives d’activité et d’emploi et les couveuses d’entreprises — répondent à des projets, métiers ou activités souvent différents. Toutes évitent le risque des entreprises faisant appel à un entrepreneur mono-client, auto-entrepreneur, entreprise individuelle classique ou même société unipersonnelle : la requalification en travail salarié.

Toutes apportent une meilleure crédibilité vis-à-vis de sa prospection et de ses clients. En portage salarial, pour peu qu’on choisisse une entreprise avec une caution financière importante, on a une vraie société qui facture ses clients entreprises, lesquels récupèrent la tva sur leurs achats et ont un fournisseur solide. En coopérative, on a une entité reconnue de l’économie sociale et solidaire, susceptible d’ouvrir des marchés spécifiques. En couveuse d’entreprise, on a également le numéro de registre du commerce d’un organisme agréé et reconnu.

Aucune des formules n’apporte la panacée universelle : il ne faut ni rejeter a priori l’auto-entreprise ni en faire l’alpha et l’omega de la création allégée ou du rebond professionnel pour tenter de créer son propre emploi. Le portage salarial, dont parle ce blog, est aussi une solution d’auto-emploi, permettant de développer une activité via le travail par missions pour plusieurs clients.

Partager sur (Viadeo, Facebook, Twitter, Netvibes, etc.) :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Netvibes
  • Posterous
  • RSS
  • Technorati
  • viadeo FR
  • Wikio IT